MUCHO MAS!

Exhibitions

 

About

Contact

TENTATIVI DI TRASCRIZIONE

Achille Filipponi

 

24/10/2019 - 24/11/2019

 

Salon du Salon

Avenue du Prado 21

Marseille

 

 

Toute forme de représentation est une tentative de transcription. Toute tentative de transcription est toujours un échec. La transcription étant toujours une déconnexion, l’objectif du transfert du réel au réaliste est inutile. Une nouvelle forme visuelle, quelle qu’elle soit, est toujours constructive, partielle, évanescente, éblouissante et déjà trépassée. Aucune forme ne contiendra jamais la chose qui fut ; nous n’y trouverons jamais rien si ce n’est ce que nous voulons y voir. Voilà pourquoi l’élément visuel renie pour toujours son origine (réelle), sa condition sidérale antérieure ayant à jamais précipité dans un abîme. Et cela parce que tout assemblage visuel ne peut être documentaire, car renverser la représentation de la réalité est à sens unique et jamais à l'inverse ; la remontée de la pente à contresens est impossible. Quiconque regarde le fruit visuel construira sans jamais se retourner, sans jamais se servir du fil d'Ariane, le lecteur sera toujours en train d'écrire. La représentation, le façonnage de l’objet visuel est un transvasage ; ce n'est pas une connexion, mais une rupture constructive. La nouvelle fissure, la floraison, l’assemblage et l’éloquente parturition accordent toujours la délivrance d’un fruit hologrammatique et agéniteur. Il est statue, pierre tombale et se manifeste toujours sous forme de :

 

• MUE

• RÉPLIQUE

• NOUVELLE PLANÈTE NUE

• DEUIL

• DUNE APRÈS LA DUNE PRÉCÉDENTE

• ÉNIÈME VAGUE

 

Et cela parce que toute forme de représentation visuelle, quand bien même elle serait réaliste ou jumelle, mesure la distance politique et physiologique abyssale entre la graine et la fleur épanouie. L’incompréhensible vide temporel entre le chien qui pressent et tremble et la maison détruite par le tremblement de terre.

L’auteur doit travailler sur ce processus de transformation irréversible. Il doit mettre dans sa représentation visuelle un nouveau monde vide dans lequel les autres cherchent sans trouver, ou croient trouver sans trouver ; sa frustration (dans la transcription manquée et claudicante) sera l’effort oculaire et mental de ceux qui regardent et ne peuvent voir qu’un miroir. La proposition ne peut jamais être claire ; elle sera répandue, sérialisée, vidée et tue. Il faut travailler courageusement sur une succession de répliques sonores très semblables les unes aux autres, médianes, écho de troisième et quatrième main, zéro virgule. À l’occasion de ces tentatives de transcription, l’auteur doit vider le registre de la chronique et rehausser les éléments qui façonnent la nouvelle forme. C’est une étape incontournable, car la représentation doit toujours tenir compte de sa propre crise et les nouvelles formes que l’auteur cambre sur le corps social se doivent d’être lyriques, ambiguës et émancipatoires. Cet acte de réduction, qui toujours aboutit à un paysage asphyxique, aphasique, stérile et figé, doit corroborer la théorie énonçant que, si la réalité est un corps, la représentation en est la partie paralysée. Cette pierre tombale transparente, ce cartilage mort, est fruit d’un acte visuel qui est encore :

 

• REPLIÉ SUR LUI-MÊME

• AFFAIBLI MAIS TENDU

• REMANIEMENT DE SA FACTURE

• RESTE REFAIT SCIEMMENT RÉITÉRÉ

 

Dans leur construction finale, les éléments constructifs de ces formes (ton, volume, géométries, supports physiques, langage écrit) ne se décomposent jamais en sentimentalismes, ni en d'autres signes plus véridiques ; il subsiste toujours des éléments tendus dans leur rigidité cadavérique. Les éléments constructifs en jeu se scindent, vivent en solitaire, en silence (car ils sont la parole écrite qui ne pourra jamais être entendue). Les éléments en jeu sèchent dans la synthèse et subsistent sous forme d’équivalences, car le processus de transcription est fait et formé par des subordonnées et des sous-formes syntaxiques servant à répéter, répéter, répéter et à répéter, sans cesse le même nom.

 

 

Achille Filipponi

©Mucho Mas all rights reserved